top of page

Vers un regroupement de la flotte ?

Longtemps en embuscade derrière Hugo Dhallenne (YC de Saint-Lunaire), premier à avoir enroulé le premier le phare de Chicken Rock à 4h29 la nuit dernière après mené l’étape lors de la remontée de la mer d’Irlande, Alexis Loison (Groupe REEL) s’est emparé des commandes de la flotte au classement de 14h30. Les deux hommes de tête sont suivis par Jules Delpech (ORCOM), qui fait preuve d’une belle constance aux avant-postes depuis le début de cette étape en direction de la Baie de Morlaix.


Après une montée de la mer d’Irlande qui a eu des allures de « course de vitesse » selon Hugo Dhallenne, les écarts se sont creusés la nuit dernière au sein de la flotte. Les premiers concurrents à enrouler Chicken Rock ont en effet bénéficié d’un « enchaînement vent/courant favorable la nuit dernière » comme l’indiquait au petit matin le bizuth originaire de la Baie de Saint-Malo. Ce dernier a ensuite ouvert la voie de la grande descente sous spi vers le sud, suivi de près par Alexis Loison (Groupe REEL) et Arthur Hubert (MonAtoutEnergie.fr). « J’essaie d’en profiter un maximum. C’est vraiment chouette d’être aux avant-postes. Maintenant, il y a la descente qui nous attend, avec une météo plus incertaine sur la fin de cette étape. On va commencer à attaquer dessous. Au passage du phare, la situation est assez calme avec 14 nœuds de nord-est. Cela permet de descendre vers le sud à 8,7 nœuds, sous spi serré, J2, grand-voile haute et grand spi. Toutes les voiles sont dessus. À fond dans le sud, parce qu’on repart avec le courant. Il faut attraper la renverse et repartir avec, et si tout se passe bien cela devrait creuser », déclarait-il à la VHF au petit matin.


Aux premières lueurs du jour, le spectacle était aussi grandiose dans le nord de la mer d’Irlande que la sanction douloureuse pour les retardataires qui ont buté dans le courant en approche de Chicken Rock, juge-arbitre d’un impitoyable chassé - croisé. Ces derniers ont été freinés dans leur remontée au nord, tandis que les premiers cavalaient déjà vers le sud, presque deux fois plus vite… « Assez vite, le reste de la flotte s’est heurté à du courant alors que les premiers partaient sous spi dans une dizaine de nœuds. On a donc assisté à un étirement normal de la flotte », souligne Yann Chateau, le Directeur de Course.


©Alexis Courcoux

Vers un resserrement de la flotte en fin de journée

Après la remontée vers Chicken Rock, les Figaristes ont remis du sud dans leur route pour descendre la mer d’Irlande. Derrière le peloton de tête, les solitaires cravachent pour essayer de réduire les écarts enregistrés au passage du phare de Chicken Rock. Cet après-midi, les conditions sont extrêmement clémentes en mer d’Irlande, avec une mer plate et du soleil. « On a actuellement 14 nœuds mollissants. On voit les premiers s’arrêter. On peut s’attendre à un resserrement important de la flotte dans la journée et la soirée, avec notamment un point d’interrogation sur la pointe Saint-David (dans le sud-ouest du Pays de Galles, en bordure du canal Saint-Georges), qui pourrait engendrer un gros arrêt de la flotte. Pour l’instant, ils vont arriver à cette pointe face au courant. Ça va être assez dur de la franchir », indique Yann Chateau. De quoi motiver les retardataires, car, comme le disait Basile Bourgnon joint à la VHF en fin de matinée, « rien n’est impossible ». « Les écarts se sont joués sur la première option, la route est encore longue, il va se passer des choses. En étant derrière, j’espère rattraper la flotte, même si – je n’ai pas les chiffres -, les premiers doivent être à une dizaine, quinzaine, voire une vingtaine de milles (37km) devant, ce qui est assez conséquent.


Mais effectivement, les écarts peuvent se faire et se défaire, comme on l’a bien vu sur la première étape. On garde le moral, il y a de la musique et il fait beau. Et le beau lever de soleil, au-dessus de l’île de Man ce matin, était là pour consoler. Je reste à l’attaque, comme je le suis depuis le début. J’ai encore une opportunité devant moi. Je visualise un passage potentiel pour aller chercher une rotation de vent demain midi. J’ai mon idée ! », avançait le skipper d’EDENRED. On l’aura compris, les jeux sont loin d’être faits sur cette deuxième étape de La Solitaire du Figaro Paprec…



©Alexis Courcoux / Romain Le Gall (centre excellence voie - secours populaire) et Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022)



Le Classement à 16h15 ⬇️






Comentários