top of page

La bataille du canal Saint-Georges

Vent ou courant ? C’est là tout le dilemme de ce début d’étape. Après un début de parcours dans des conditions de rêve, l’heure d’un premier choix est venue pour la flotte de La Solitaire du Figaro Paprec qui en a pris, hier, plein les mirettes à l’heure du crépuscule irlandais. Ce matin, les solitaires qui n’ont pas beaucoup dormi, émergent très dispersés autour de deux groupes, en route pour se croiser.


D’abord, la petite dizaine de bateaux, qui a privilégié le large, avec dans ses rangs Basile Bourgnon (EDENRED), Susann Beucke (This Race Is Female), Chloé Le Bars (Région Bretagne - CMB Océane)… Les premiers d’entre eux ont commencé à virer sur les coups de 6h pour se recaler et rejoindre leurs petits camarades du nord, au plus près près de la côte.


Ce premier paquet - emmené ce matin par Hugo Dhallenne (YC de Saint-Lunaire), Arthur Hubert (MonAtoutÉnergie.fr), Jules Delpech (ORCOM), entre autres -, ouvre la marche en direction de la pointe sud-est de l’Irlande et du « St George’s Channel », objet de toutes leurs convoitises. Mais si les conditions s’annoncent idéales aujourd’hui, difficile d’oublier que la bataille fait rage pour mériter de faire son entrée en tête aux portes de la mer d’Irlande. D’autant qu’il faut compter avec d'inévitables dissidents : Romen Richard (Passion Santé), le plus sudiste des nordistes ; ou encore Gaston Morvan (Région Bretagne - CMB Performance) et Charlotte Yven (Skipper MACIF 2022), les plus nordistes des sudistes... En approche de la pointe sud-est de l'Irlande, chacun campe sur son positionnement, avec la ferme intention de jouer les trouble fêtes, en approche du canal Saint-Georges et ses forts courants, pour juge-arbitre...


Les mots à la VHF :

Charlotte Yven (Skipper MACIF 2023)

« On a eu le droit à un magnifique coucher de soleil suivi d’un joli lever de lune. Et à une super première soirée, malgré la pétole. Mais cela fait partie du jeu. On s’y attendait un peu. Au dernier classement, j’étais en tête. J’ai suivi mon vent, je me suis positionnée à peu près là où j’avais envie d’être. Je suis plutôt contente de ma route, je viens de virer. Le soleil n’est pas encore levé. On a 12-13 nœuds de vent au près ; ça avance bien, et on peut faire route au nord vers la pointe de l’Irlande.

Le courant reste un paramètre important, d’autant que le vent n’est pas hyper fort. On va arriver à une pointe, à priori avec le bon timing pour avoir le courant avec nous. Pour l’instant, il est de face. Mais c’est vrai que c’est un paramètre important pour toute la remontée. La flotte est assez dispersée. Il ya du monde qui est parti plus à la côte. On les verra sans doute apparaître au prochain croisement à la pointe. Ce sera un peu la surprise, on verra bien. Aujourd’hui, le vent devrait rester assez stable. Mais il y aura des effets de courant, de site, de pointe de dévent à négocier… Dans un endroit que je ne connais pas bien, cela va être un peu la découverte. »


Gaston Morvan (Région Bretagne-CMB Performance)

« Je suis plutôt bien placé. Dans la nuit, il y a eu plus de vent que prévu et ça ne s’est pas vraiment arrêté. Avec des petits recalages à jouer, quatre à cinq virements de bord pendant les changements de vent. Tout cela pour se placer par rapport à la prochaine pointe que nous allons passer. Ce n’était pas complexe, mais avec du jeu. Quand le vent était bien calé, j’en ai profité pour aller m’allonger quelques minutes. Là, je suis au près, sous génois, grand-voile, et j’avance à 7 nœuds. D’après le timing dans lequel on va être, nous allons passer la pointe avec le courant favorable. Ce qui va nous permettre d’accélérer. Nous y serons entre 9 et 10 h. Mais il y aura des bancs de sable. Le choix sera d’aller à terre pour avoir la renverse en premier, ou au large. Il y aura donc des phases à trouver. On devrait passer la prochaine marque, South Arklow, un petit peu avant 14 h. »



© Alexis Courcoux / Aube irlandaise au premier matin de la 2e étape


Comments