top of page

LA 53È SOLITAIRE DU FIGARO : CLAP DE FIN SUR UNE NOUVELLE ÉDITION DE LÉGENDE

La Solitaire du Figaro continuera longtemps de nous faire rêver. Nous partirons de cette 53è édition avec des images plein la tête, le souvenir de toutes ces émotions intenses lors des départs et des arrivées des marins, l’attention et la tension à scruter la cartographie jour et nuit, la chaleur et la ferveur de ce public curieux et attentif, présent à chaque escale, l’enthousiasme et le soutien de tous les partenaires de la course, l’hospitalité des collectivités territoriales qui, en accueillant la course, soulignent un peu plus leur maritimité, et leur attachement à la course au large.

Et puis il y a cette nature esquissée, comme un support à nos envies de voyages, ces côtes que l’on devine, cet océan et ces mers aux noms enchanteurs que l’on découvre : Iroise, Celtique, Manche, Gascogne… Il y a, aussi, la course au large, ses ferventes joutes nautiques, ses incroyables rebondissements, ses coups de génie, ses grandes désillusions parfois, qui nous ont tenu en haleine pendant plus de trois semaines. Il y a enfin et surtout peut-être, ces hommes et ces femmes, entiers, déterminés. Des marins qui ont tout donné, livré une compétition sans concession, engagés, en mer, dans une passionnante bataille navale. La 53è édition de La Solitaire du Figaro aura connu de grandes premières : la première escale à Royan, la première fois que deux étapes consécutives sont remportées par des bizuths, et qu’une française (Elodie Bonafous (QUEGUINER - La Vie en Rose) monte sur un podium d’étape.


Options payantes Étape 1 : Nantes - Port-La-Forêt

Après une semaine passée au pied du Château des Ducs de Bretagne et des machines de l’île à Nantes pour ce Grand Départ, les 34 marins s’élancent pour la première étape de cette 53è édition et 559 milles de course ; un départ dans la boucaille et le petit temps et une route qui les emmène jusqu’aux côtes galloises. Dès que le vent monte aux niveau des îles de Scilly, les attaques se multiplient ; Basile Bourgnon (EDENRED) est le premier à dégainer ; il gagne 19 places en une nuit et ça continue d’optionner au passage des DST sur la descente vers Port - la-Forêt. Partisans de l’ouest, un petit groupe crée le décalage avant de s’échapper définitivement. Le bizuth Davy Beaudart (Nauty’Mor), s’impose dans la fameuse “Vallée des Fous”. Philippe Hartz (MARINE NATIONALE – FONDATION DE LA MER) et Fred Duthil (Le Journal des Entreprises) complètent le podium de cette première étape.


Manche express - Étape 2 : Port-La-Forêt - Royan

635 milles en Manche jusqu’à la pointe sud des côtes anglaises avant une grande descente de 360 milles pour rallier la côte de beauté. Sur ce début d’étape, le vent s’invite à la fête. La flotte se fait secouer, au près d’abord puis au reaching et au portant. Les compteurs de vitesse s’affolent et les corps s’émoussent. Tom Laperche domine les débats, mais là encore, un groupe fait scission et tente une option à terre. Il s’en faut de peu pour que l’offensive ne réussisse. Guillaume Pirouelle (Région Normandie), encore un bizuth, gagne la manche trois minutes devant Achille Nebout (Amarris - Primeo Energie) et Tom Laperche (Région Bretagne - CMB Performance).


Fast and furious Étape 3 : Royan - Saint Nazaire : 640 milles

Au départ, tous savent que le général se joue maintenant, alors que les prévisionnistes de Météo Consult annoncent des conditions tempétueuses pour la remontée du Golfe de Gascogne. Les bateaux progressent au près dans une mer grossissante et un vent forcissant pour rejoindre Los Farallones, en Galice. Tom Laperche est le premier à enrouler la marque. S’ensuit un incroyable bord de portant ; Les voiles souffrent, les gardes robes s’effilochent, se déchirent. Les marins veillent à ne pas partir à la faute dans une mer grossie par la dépression jusqu’à 4 mètres de creux et des rafales frôlant les 40 nœuds. Solide en tête de course, Tom Laperche s’échappe définitivement pour s’imposer sur cette ultime étape devant Gaston Morvan (Région Bretagne - CMB Espoir) et Elodie Bonafous (QUEGUINER - La Vie en Rose).

Pendant le temps de la compétition en mer, les escales de Nantes, Port-La-Forêt, Royan et Saint-Nazaire ont accueilli à terre un public toujours nombreux venu profiter du programme d’animation proposé par les villages de la course, en attendant de saluer l’arrivée des marins.

C’est avec la même ferveur ce dimanche, en fin d’après-midi, sous un soleil radieux que les ligériens sont jusqu’au bout fidèles au rendez-vous pour applaudir le départ des Figaro vers leurs ports d’attaches respectifs. Avec un peu de nostalgie dans les regards, le rideau se ferme ainsi sur la 53è édition de La Solitaire du Figaro.


Un nouveau nom au palmarès des légendes

Hier soir, le trinitain Tom Laperche a fait l’unanimité. Tous ont salué son exploit, sa combativité, sa supériorité. Lui avait des larmes dans la voix en remerciant toutes celles et ceux qui l’ont porté et accompagné jusqu’à ce premier sacre : ses proches, son écurie de course et ses sponsors, tous ces navigateurs dont Yoann Richomme ou François Gabart qui lui ont fait confiance ou encore ses compagnons d’entraînement. Tom Laperche part vers de nouvelles aventures, il reviendra peut-être. Ce qui est sûr, c’est qu’il restera marqué à vie par cet apprentissage en Figaro Bénéteau 3 au sein de cette Classe qui les accompagne dans leur métamorphose et leur floraison et veille sur eux tout au long de l’année, par ses quatre participations et cette superbe victoire sur La Solitaire du Figaro.


Incroyable, exceptionnel, magique, cruelle, impitoyable, fantastique, folle, énorme”… tout au long de la soirée les skippers ont égréné les qualificatifs pour parler de l’inoubliable aventure qu’ils viennent de vivre et de partager.


Beaucoup reviendront, d’autres s’envolent vers de nouveaux horizons, tous continueront d’entretenir l’histoire et l’avenir de LA course des légendes, La Solitaire du Figaro.


Classement Général définitif de la 53e édition de La Solitaire du Figaro

1 - Tom Laperche Région Bretagne - CMB Performance

  • Temps de course : 10j 20h 20mn 22sec

2 - Guillaume Pirouelle - Région Normandie

  • Temps de course : 10j 21h 26mn 16sec

  • Écart au premier: 0j 1h 5mn 54sec

3 - Achille Nebout - Amarris - Primeo Energie

  • Temps de course: 10j 21h 55mn 19sec

  • Écart au premier: 0j 1h 34mn 57sec

Comentarios