top of page

L'île de Man ! 🇮🇲

Le chassé-croisé de Chicken Rock


C’est bien avant le chant du coq que les premiers concurrents de La Solitaire du Figaro Paprec, Hugo Dhallenne (YC de Saint-Lunaire) en tête, ont enroulé le phare de Chicken Rock. Après une remontée de la mer d’Irlande menée tambour battant, le bizuth natif de la baie de Saint-Malo, solide leader depuis qu’il a laissé les côtes de l’Irlande dans son sillage, s’offre la primeur de ce passage à la marque sur des eaux calmes et sous une demi-lune.


Il est suivi par le petit groupe d’échappés, parmi lesquels figurent les solitaires qui pointaient déjà aux avant-postes, environ 16 heures plus tôt à South Arklow. Dans ce peloton de tête progressent Alexis Loison (Groupe RÉEL), Arthur Hubert (MonAtoutÉnergie.fr), ou encore Guillaume Pirouelle (Région Normandie), qui saluent à tour de rôle le phare en une demi-heure. Ils profitent d’ « un enchaînement vent-courant favorable », dixit le premier de cordée à la VHF, qui peut se réjouir d’ouvrir la voie de la grande descente vers le sud sous spi.



Aux abords de l’île de Man, dont ont devine le trait de côte dans la quiétude du cœur de la nuit, les Figaro BENETEAU 3 défilent au tempo des éclats de plus en faibles du phare, situé dans son sud-ouest. Le temps semble suspendu, mais il s’étire aussi à mesure que le ciel s’éclaircit aux premières lueurs de l’aube, révélant les gros écarts qui se creusent irrémédiablement au sein de la flotte.

Sur l’eau, dans la douceur ce petit matin dans le nord de la mer d’Irlande, le spectacle est aussi grandiose que la sanction est douloureuse pour les retardataires qui ont déjà commencé à buter dans le courant en approche de Chicken Rock, juge-arbitre d’un impitoyable chassé-croisé. Les voilà freinés dans leur remontée au nord, tandis que les premiers cavalent déjà vers le sud, presque deux fois plus vite…



🎙 Les mots à la VHF :

Hugo Dhallenne (YC de Saint-Lunaire), 1er au passage de Chicken Rock

« La montée s’est passée comme une course de vitesse avec les petits copains. C’est à celui qui allait le plus vite vers le nord. Globalement, l’enchaînement vent-courant fait que cela a tendance à creuser l’écart. J’essaye d’en profiter à maximum. C’est vraiment chouette d’être aux avant-postes. Maintenant, il y a la descente qui nous attend, avec une météo plus incertaine sur la fin de cette étape. On va commencer à attaquer dessous. Au passage du phare, la situation est assez calme avec 14 nœuds de nord-est. Cela permet de descendre vers le sud à 8,7 nœuds, sous spi serré, J2, grand-voile haute et grand spi ; toutes les voiles sont dessus. À fond dans le sud, parce qu’on repart avec le courant. Il faut attraper la renverse et repartir avec ; et si tout se passe bien cela devrait creuser. J’ai pas mal dormi cette nuit, j’ai bien mangé aussi. Depuis le départ, j’en suis à ma 5e gourde, tout va bien à bord. Mon objectif, c’est le classement bizuth. Si un Figariste chevronné me double, ce sera dommage, mais ce ne sera pas si grave. »


Arthur Hubert (MonAtoutÉnergie.fr), 3e au passage de Chicken Rock :

« Je viens de passer Chicken Rock, c’est hyper cool. Je suis content qu’on soit venu jusque-là. Le phare était vraiment impressionnant, même si nous sommes passés de nuit. Cela méritait le voyage. Il y avait un courant de dingue et cela avait l’air de bien remuer, avec pas mal de jus. Je m’accroche, je suis dans le bon paquet. Comme au vélo, je suis dans une échappée ; et il faut se battre pour y rester. Nous avons passé le phare au bon moment. Les deux premiers sont bien passés, mais moi j’ai buté un peu. Le courant est en train de s’inverser, cela va être de plus en plus dur pour les autres. C’est impressionnant, cela me rappelle mes navigations dans le golfe du Morbihan où tu fais du surplace contre le caillou ; la nuit, c’est assez stressant. Là, nous n’avions pas les cartes détaillées. Il fallait être dessus pour ne pas perdre de la vitesse, faire des petites manœuvres, avant d’envoyer le spi.

On va avoir le courant avec nous et je pense que ça peut se compliquer pour ceux d’après. Mais je commence à connaître la Solitaire maintenant. À tout moment, il y a le retour de manivelle. On peut être arrêté aux Scilly et le groupe de derrière passe à l’intérieur et nous met 20 milles. Il faut être prêt à tout. »



✍🏼 Pointage au phare de Chicken Rock

1 / Hugo Dhallenne (YC de Saint-Lunaire) : 4h28

2 / Alexis Loison (Groupe RÉEL) : 4h49

3 / Arthur Hubert (MonAtoutÉnergie.fr) : 4h55

4 / Guillaume Pirouelle (Région Normandie) : 5h00

5 / Jules Delpech (ORCOM) : 5h05

6 / Nils Palmieri (TeamWork) : 5h11

7 / Julie Simon (DOUZE) : 5h17

8 / Philippe Hartz (Marine Nationale - Fondation de la Mer) : 5h25

9 / Tom Dolan (Smurfit Kappa - Kingspan) : 5h32

10 / Charlotte Yven (Skipper Macif 2023) : 5h48

11 / Romen Richard (Passion Santé) : 5h52

12 / Maël Garnier (J’M Garnier) : 5h53

13 / Gaston Morvan (Région Bretagne - CMB Performance) : 6h02

14 / Laurent Givry (Cap Horn) : 6h38

15 / Robin Marais (Ma chance moi aussi) : 6h40

16 / Élodie Bonafous (Queguiner - La Vie en Rose) : 6h40

17 / Romain Le Gall (Centre Excellence Voile - Secours populaire 17) : 7h11

18 / Corentin Horeau (Banque Populaire) : 7h21

19 / Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022) : 7h26

20 / Alexis Thomas (La Charente Maritime) : 7h27

21 / Basile Bourgnon (Edenred) : 7h45

22 / Benoît Tuduri (CAPSO - En Cavale) : 7h59



















Mots du bord du Directeur de Course Yann Chateau


🎙

"Bonjour à tous. Après avoir buté dans le courant jusqu'à la tombée de la nuit, la flotte des Figaristes a pu de nouveau évoluer rapidement dans une mer d'Irlande, plus que Clémente. Bénéficiant d'une quinzaine de nœuds de vent de Nord-Est, un courant favorable, les Figaro ont pu quand même progresser assez rapidement. Pour Hugo, le timing courant au passage de chicken rock était parfait. Là, ses poursuivants doivent se battre un peu contre le courant pour passer le phare, ce qui va faire que les écarts devraient augmenter ce matin avant de se réduire en fin de journée quand les premiers atteindront Saint-David's Head sur la partie ouest médiane de l'Angleterre. La route vers la baie de Morlaix est encore assez longue et il y a une météo toujours incertaine sur la fin du parcours, avec une ETA pour l'instant prévue jeudi dans l'après- midi. Bonne journée à tous."

Yann Chateau



Comments