top of page

RÉACTIONS DES MARINS AU PONTON 🎙



1er/ Benoît Tuduri (CAPSO - En Cavale) - 1er/ Bizuth

« C’était une solitaire où il y avait du jeu, tout du long et à chaque étape il y avait des choses à faire. Maintenant voilà, j’ai peut être eu un peu de chance sur les options qui ont marché à chaque fois. Mais pour le coup sur le papier ces options étaient à faire et je n’aime pas rester dans le groupe. J’aurais pu jouer le classement général, rester dans le groupe, arriver en même temps que tout le monde mais voilà j’aime bien jouer et il y avait un coup à jouer donc j’y suis allé.»


2e / Jules Delpech (ORCOM) :

«Je suis content, extrêmement content, j’ai du mal à réaliser ce qu’on a accompli. Aussi soulagé d’en finir avec ce calvaire émotionnel de me dire que j’allais peut être réussir à faire quelque chose mais attention, ça arrive derrière et fort. J’ai fait des choix de course, je croyais être vraiment tout seul mais incroyable j’ai retrouvé benoit. J’ai entendu le classement on était un peu en retard mais je n’étais pas inquiet car on était en ligne direct plein balle à 10nm vers la bouée. Je ne savais pas si j’allais passé devant mais j’étais convaincu que c’était la bonne option à faire. »


3e /Elodie Bonafous (Quéguiner - La Vie en Rose) :

« Je suis fatiguée mais je suis aussi trop contente d’arriver et de finir sur un beau finish. J’ai l’impression d’avoir fait une belle course, j’y ai presque un petit peu plus cru, mais en tout cas je suis trop contente c’était hyper serré et intense. C’était l’un de mes objectifs de faire un podium sur une étape, et c’est fait, donc c’est vraiment trop cool.

Je suis presque déçue car je me suis tellement sentie bien tout le long que j’aurais bien aimé gagner une étape, je pense que je suis capable de faire un petit peu mieux. J’ai pris tellement de plaisir à naviguer, ça n’a été que du bonheur. Cette saison j’ai un petit peu moins navigué à cause de mon genoux mais là j’étais bien à bord et j’avais l’impression de savoir pourquoi je faisais des choix, la vitesse était là. Ça été une étape assez fluide et hyper agréable tout du long donc c’est un trop bon souvenir de A à Z. Ça m’arrive souvent d’être devant et de stresser un petit peu et de perdre un petit peu mes moyens, et là je suis restée vraiment posée, en me disant que de toute manière il reste un bon bout de chemin à faire encore. J'ai pris beaucoup de plaisir à naviguer devant, et j’ai passé une belle journée à faire des glissades sous spi ! »


4e/ Gaston Morvan (RÉGION BRETAGNE-CMB Performance)

« Belle étape. Content d’être arrivé là, bien fatigué aussi... Je ne sais pas combien de temps on a passé en mer, mais c'était bien intense. J'ai apprécié tout le parcours, les conditions étaient plutôt clémentes ; et on s'est bien régalé.

Le bilan final est que j'ai bien navigué. Je suis assez content de ce que j'ai fait sur cette course. À tous les niveaux, je trouve, et qu'il ne manquait pas grand- chose pour faire une super performance et je pense avoir passé un step. Maintenant, il faudrait juste réussir à le montrer, ça ne se voit pas encore dans le classement.»


5e /Alexis Loison (Groupe REEL) :

« Concernant l’étape, je suis content car j'ai été dans le top cinq tout du long, voire même souvent dans le podium. Je me suis bien bagarré, j'ai eu une bonne vitesse, je n'ai vraiment pas à rougir de mes performances.

Concernant le général, il y a un petit caillou dans la chaussure d'une quinzaine d'heures qui gâche tout. Après, si on enlève ce petit moment- là et que tu fais le bilan, je pense que j'ai ultra bien navigué et que c'est encourageant parce que j'avais fait une pause. Mais je suis revenu avec de l'envie et je me suis fait plaisir sur l'eau. Je pense qu' il n'y a pas de secret, c'est ce qui marche pour être devant. Maintenant, je pense aussi que je n'ai pas eu de chance et de réussite, mais là, on n'y peut rien. J'aimerais beaucoup revenir l'année prochaine. »


6e /Corentin Horeau (Banque Populaire) - Vainqueur de La Solitaire du Figaro Paprec : « Gagner la Solitaire, c’est un rêve de gosse qui se réalise. Sept participations… et je sentais bien que cette année, j’étais bien, que j’avais bien préparé tout ça. Et puis il y a eu le soutien de Banque Populaire, au dernier moment. Ça a rajouté une dose de confiance en plus. Je ne réalise pas trop. Cela fait 24 heures que j’y pense. Je ne voulais vraiment pas la louper celle-là. C’est chose faite. Ce n’est pas la plus belle des Solitaire, dans le sens où j’ai navigué un peu comme un comptable. J’ai essayé de naviguer dans la flotte sans trop prendre de risques. C’est la manière de naviguer qu’il fallait pour gagner la Solitaire cette année. Basile (Bourgnon), je ne pensais vraiment pas qu’il allait être à ce niveau là. J’ai navigué avec lui sur le Tour de Bretagne. J’ai vu qu’il était très bon, qu’il naviguait super propre. De là à faire des coups et à dominer comme il l’a fait, chapeau bas. Il en a gagnera des Solitaire, ça c’est sûr. Et avec Loïs (Berrehar), cela fait un podium 100% trinitain. Je suis bien fier de ça. Et je suis super content pour Loïs. À la même époque l’année dernière, on était au fond du trou, lui et moi. Je pense à ce Lewis Hamilton a dit : l’important ce n’est pas la chute, c’est la puissance du rebond. A la fin de la course, j’ai pris du plaisir. De nuit, il n’y avait personne. J’avais bien calculé mes timing avec Basile. Je savais qu’il ne pouvait plus se passer grand-chose. J’ai bien pris du plaisir au près, le bateau glissait tout seul, sous pilote. Mais je ne réalise pas trop. Il y a tellement de choses qui se bousculent dans ma tête. Je la voulais tellement cette Solitaire. De mettre des mots sur l’émotion, dans l’instant, c’est compliqué. Dans 10-15 jours, peut-être que je me rendrai mieux compte. Je pense à mon père surtout, qui ne voulait pas que je fasse ça au début, et qui maintenant est super fier. »



7e / Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022) - 3e au classement général : « Je réalise à peine, je suis trop content. Cela faisait longtemps que je courais après, et c’est coché ! Quand j’y pense, je réalise que j’ai fait fait une super saison en Figaro. Bien sûr, on peut faire mieux. Évidemment, on peut gagner, c’est sûr. Je voulais vraiment ce podium sur la Solitaire, et maintenant, ça y est… Ouchh, c’est cool ! Sur cette dernière étape, j’ai peut-être manqué un peu de réussite à des moments, j’ai fait des petites erreurs aussi, ce qui m'a valu pas mieux que le top cinq. Sur la Solitaire, il faut être régulier ; et sur cette édition il ne fallait pas manquer la deuxième étape. C’était la plus importante. Et par chance, j’étais dans le bon paquet. Pour une fois, c’est bien payé, je trouve. J’avoue que cette nuit et ce matin (face à Corentin Horeau, ndlr), j’y ai quand même cru. J’ai fait une bonne stratégie au près, j’ai réussi à le menacer un peu. Et puis finalement Coco est revenu comme un boulet de canon peu de temps après. Mais en tout cas, j’ai tenté ma chance. J’ai joué le truc à fond. Cela n’est pas passé à quelques minutes près, mais je suis content de la manière dont j’ai navigué ; et de la manière dont je me suis comporté sur cette étape. Pour participer à la Solitaire, il faut avoir un mental solide. Pour performer encore plus. J’ai pas mal travaillé le truc. C’est sûr il faut être solide. J’ai réussi à l’être. J’ai bien profité de ma nav’ et de ma Solitaire. »



8e / Tom Dolan, (Smurfit Kappa-Kingspan) :

« Cette étape était longue, mais moins longue que celle d’avant. Elle était intense, c’était une vraie régate que j’ai trouvé vraiment chouette ! Cette Solitaire, ça a été pas mal de taf, et je suis assez content de la manière dont j'ai navigué sur la 1ere étape, même si la 2ème était un petit peu cruelle pour moi et beaucoup d’autres marins. Je me sens bien, et j’étais assez à l’aise avec le bateau, jusqu’à ce matin où j’ai pété un câble quand je me suis pris un truc dans la quille. Ça m’a demandé pas mal de temps de comprendre que j’avais quelque chose dedans, pendant que les autres me tournaient autour.

Si j’étais capable, j’aimerais faire ça tous les mois, haha ! C’est trop bien, il n’y a rien de mieux. Des fois c’est la guerre ou tu es attaché à ta barre que tu ne peux pas lâcher, d’autres fois c’est un jeu d'échecs ; des fois c’est une danse où dans la moindre bascule de vent, tout le monde vire en même temps. C’est incroyable et intense. Je recommande à tous le monde, et j’ai déjà envie de revenir l’année prochaine.

Si je devais retenir un moment ça serait l’arrivée à Kinsale. Gagner une étape en Irlande, c'était un moment incroyable ! »


9e/ Guillaume Pirouelle (Région Normandie) :

« Ce n'est pas une très bonne année pour moi, mais c’est comme ça. Je le savais en partant sur l’étape, je ne le découvre pas maintenant, ça c’est sûr. J’ai essayé de faire une belle étape, ça ne s’est pas aussi bien terminé, que cela avait commencé. Je retiens que sur les trois étapes, j’ai été dans le paquet de tête à chaque fois. Je n’ai pas eu autant de réussite que l’année dernière, mais bon c’est comme ça, c’est la voile. Ce n’est pas toujours facile mais on reviendra, peut-être pas l’année prochaine, mais un jour…»


10e/ Basile Bourgnon (Edenred) - 2e au classement général « C’est bien mieux qu’espéré. Je venais essayer de faire un top cinq, pour jouer avec la tête de flotte. Je fais mieux que ça. J’ai mené la tête de flotte plusieurs fois et je gagne une étape, qui franchement n’était pas la plus facile. C’est la récompense de tout le travail de cet hiver, de cette saison. C’est trop bien, je suis trop content. Je ne suis pas très expressif, mais là de voir tout le monde de partout, ça fait trop plaisir. Sur cette étape, je suis partie sans stress. Je m’étais dit que je n’allais pas faire ma course en fonction des autres, parce que je n’aurais pas pris de plaisir. Et j’ai fait un peu mon petit bonhomme de chemin, et j’ai même réussi à mener la course sur le premier quart. Ce qui prouve bien que j’avais ma place. Après, c’était une bataille de stratégie. Corentin a été meilleur à ce jeu là. Mais je suis aussi content pour lui. Cela fait sept ans qu’il travaille pour gagner une Solitaire du Figaro. Et moi, ce n’est que ma deuxième année, c’est bien mieux qu’espéré. Avec Corentin, sur le Tour de Bretagne, quand on menait la meute, je regardais derrière ; et je lui disais : c’est marrant, je n’ai pas encore l’habitude de voir tous ces feux de mât derrière moi. Et là, c’est arrivé à plusieurs reprises… Je ne sais pas ce qu’il a ce Figaro Edenred, mais il a un truc. En vitesse, il est carrément canon. Je vais encore travailler dessus et revenir l’année prochaine pour essayer de faire encore mieux. Et mieux que deux, c’est la victoire. »


11e/Benoît Mariette (Générations Sénioriales) :

« Je me dis que j’ai bien fait le boulot, je ne connais pas encore le classement général mais je crois que je suis 6e au classement général. C’est le mieux que je pouvais faire cette année, je suis super content et j’ai l’impression d’avoir pris ma revanche sur l’année dernière.

Je suis content d’avoir toujours été dans le coup. Ce n’était pas dur physiquement car la météo n’était pas dure, mais La Solitaire a été beaucoup plus dure nerveusement. Mais j’étais assez zen à bord, j’avais un petit peu l’impression de faire une Solitaire bonus. Grâce à ça, j'ai pu me refaire des petits coups dans la pétole, quand j’étais pas bien. Je pense que c’était une solitaire au mental, surtout sur la deuxième étape ou je pars de loin. Je suis content de la manière dont j’ai navigué, et de mon mental dans les moments difficiles. Je suis vraiment content.»



12e/Arthur Hubert (MonAtoutEnergie.fr) :

« Le bilan de La Solitaire est compliqué avec la deuxième étape, mais là c’était top, c’était cool. Je me suis juste fait chier à la fin, quand j’ai dû plonger dans la soirée parce que j’étais enfermé dans un filet de pêche. J’ai perdu pas mal de temps car je n’arrivais plus à ressortir, ça m’a fait perdre 45 minutes - 1 heures je pense. Mais sinon je suis très content de l’étape et de ma trajectoire. J’ai kiffé ! »



13e /Pierre Daniellot (Team Vendée Formation) :

« J’ai navigué à peu près comme je le voulais. Il y a eu des erreurs que je ne referai pas. C’est clairement une course incroyable qui est plus dure que ce que je pensais au départ. Je ne pensais pas qu’on en chierait autant sur cette course-là. Je suis content d’avoir mis pas mal de monde derrière, et qu’il y en ait aussi plein à rattraper. Et il y a un bel accueil à l'arrivée ! Je pense que les moments de plaisir que j’ai eu le plus, c’était au moment des départs, ou lorsque je partais un petit peu à l’aventure sans savoir ce qu’il va se passer.

La Solitaire est en effet bel et bien un ascenseur émotionnel, où l'on passe de tout à rien et de rien à tout. On a bien vu sur les étapes tous les retournements de situation qu’il peut y avoir. Pour gérer mon mental je me disais que rien n'était écrit et que tout se faisait par nos choix. Si on fait bien les choses, ça se passerait bien. J’ai appris plein de choses en technique et tactique sur le bateau. Hâte de revenir ! »



14e /Julie Simon (DOUZE) : « Cette étape n’était pas simple, moins simple que les autres, mes options se goupillaient assez mal pour moi, entre les pif-paf dans les cailloux et le paquet d’algues qui m’a fait plonger… Il s’est passé plein de trucs sur cette étape, je me suis accrochée à cette 14e place que j’ai depuis le sprint, et je m’y suis accrochée jusqu’à l’arrivée. Une dernière journée un petit peu dure ! Je m’étais initialement fixée pour objectif d’être contente et de faire un coup d’éclat sur au moins une des étapes. J'ai pu réaliser mon coup d’éclat dès la première étape ; et toutes les étapes ont été réussies, c’est top.»



15e /Philippe Hartz (Marine Nationale - Fondation de la Mer) Sur cette Solitaire j’ai eu du mal à retrouver le plaisir, donc je pense à l’année prochaine surtout. Je me disais qu’à force d’avoir la vérole je finirais par attraper la rage. Voilà, c’est un peu le bilan. Si la Solitaire se classait à la première marque, je finirais sur le podium mais à chaque fois, j'ai eu ensuit peu de réussite. Sur cette étape, je prends un casier à la fin du parcours côtier, je passe de la 6-7e place à la 25e. Mais, c’est le jeu. C’est comme ça, c’est le sport. Bravo aux vainqueurs, il fallait de la réussite tout en sachant l’exploiter. Les premiers l’ont fait et j’espère aller jouer avec eux l’année prochaine. »


16e / Romain Le Gall (centre excellence voile - secours populaire) :

« Première solitaire, donc c'est chouette d'être arrivé au bout, d'avoir fait toutes les étapes. L'étape 3, j'étais un peu moins inspiré que sur les deux autres. Stratégiquement, j'étais un peu moins à l'aise, mais je suis 16ème, ce n'est pas si mal, c'est le milieu de tableau. Et je pense qu'au général, je reste à peu près à la même place qu'auparavant, donc ça reste cool quand même. J'avais pas vraiment d'objectif. Je m'étais dit que le but, c'était quand même de découvrir un peu ce qu'est la Solitaire ; et d'en profiter. Finalement, je crois que je fais 12e au général ou 13e, donc c'est quand même hyper chouette pour une première solitaire. Ça reste une bonne place. On se voit l'année prochaine avec grand plaisir.»



17e / Charlotte Yven (Skipper Macif 2023) :

« Ce n'était pas l’étape la plus facile. Remarque, je ne sais pas si il y en avait vraiment une plus facile que les autres. C’était une belle étape, avec du vent, des belles conditions, un beau parcours et quelques coups à jouer, donc c’était très sympa. J’ai fait quelques bons coups et des moins bons aussi. Au final, ça fait un résultat moyen ; mais je vais garder ce qui est positif pour l’année prochaine. J’ai trouvé que c’était une édition très difficile avec des grosses étapes/parcours, avec beaucoup d’intensité. Il y avait toujours du jeu, donc c’était super intéressant, il fallait être au taquet tout le temps, donc c’était vraiment une superbe édition encore cette année ! »


18e /Chloé Le Bars (Région Bretagne - CMB Océane) : « J’étais 4 milles derrière Maël (Garnier), mais je me suis accroché pendant toute la remontée en m’appliquant sur les placements ; et ça a payé. Sur les derniers virements dans les deux derniers milles, j’ai pu repasser devant deux de mes concurrents. Je tire un bilan de ma Solitaire mitigé. Je fais des belles choses et des belles conneries. Entre plaisir du temps passé en mer ; et réflexion sur ce que je pourrais faire mieux. Mais mine de rien c’était une Solitaire dans les objectifs de résultat. Je pense rester dans le top 15 donc les objectifs sont remplis ! »



19e/Maël Garnier (J’M Garnier) :

« Après un choc frontal quasiment avec Laurent Givry sur un départ très brumeux, j’ai pu me lancer avec un trou dans la coque au dessus de la ligne de flottaison, mes filières, mes chandeliers et quelques poulies explosées à changer. Ça m’a donné la niaque pour faire du mieux que je pouvais avec ce que j’avais ; et j’ai fini par remonter au classement. Sur l’ensemble de la Solitaire c’est compliqué. Je ne suis pas là où je pouvais être, mais j’ai montré que je pouvais être parmi les bons. Je vais attendre que les planètes s’alignent, on se revoit l’année prochaine.»



20e /Victor Le Pape (Région Bretagne - CMB Espoir) : « Je suis parti dans un bon mood ; et puis j’ai enchaîné assez vite les petites galères, les petits coups au moral et quand on est fatigué comme on peut l’être, c’est dur de remonter la pente. Entre les algues, le manque de vitesse, les douleurs de partout j’ai passé une étape dans la douleur. Je suis un peu déçu aujourd'hui, mais demain après une bonne nuit de sommeil je te dirai que je suis hyper content de ma Solitaire et que j’ai envie d’y retourner l’année prochaine ! »


21e /Robin Marais (Ma Chance Moi Aussi) : « Une étape riche encore une fois, pleine d’apprentissage. Je suis passé dans des endroits dans lesquels je n’étais jamais passé - la Chaussée de Sein par exemple, dans la pétole, c’était très sympa. La course s’est jouée au portant ; et hier, j’avais deux-trois trucs qui n’allaient pas à bord. J'ai eu des petits soucis d’informatique qui m’ont empêché d’être vraiment à fond. Je n’avais pas trop la carbu. J’attendais la remontée avec des coups à jouer. Il y en a eu un gros à jouer, et je l’ai complètement loupé. Je l’ai fait à l’envers. Cela me coûte un peu cher. J’ai beaucoup perdu. C’est un peu dommage de finir sur cette mauvaise note. Mais ce n’est pas grave. Il faudra revenir. Peut-être pas l’année prochaine, je me suis engagé à faire une petite pause. Mais cette course, c’est un truc de fous ! Le niveau est toujours aussi élevé. J’ai été surpris par le niveau des bizuths qui naviguent super bien, tous autant qu’ils sont. »



22e/ Alexis Thomas (La Charente Maritime) « Je suis forcément un peu déçu de cette dernière étape, ça ne s’est pas passé comme je le voulais. J’ai enchaîné les grosses galères, le bateau a failli couler. Après une collision avec Elodie le bateau prenait des litres et des litres d’eau ; et j’ai mis une nuit et de l’énergie à comprendre d’où ça venait. J’avais un peu d’avance au général et j’ai tout perdu. Il y a du positif mais pas sur la dernière étape.»



23e/ Hugo Dhallenne (YC de Saint-Lunaire) : « J’ai attaqué bien cramé. Je n’ai pas réussi à me remettre de l’étape 2 niveau fatigue. À peine passée l’île de Batz, je suis allé me coucher. Globalement, ça s’est un peu résumé à ça. Je suis allé au bout de ce que je pouvais et là, j’ai dormi, dormi, dormi. Ça m’a laissé le temps de débriefer de La Solitaire, de voir ce qu’il fallait faire et changer pour la prochaine s’il y en a une. C’était l’occasion de réfléchir à tout ça. J’ai adoré la première étape, c’était vraiment chouette. Le parcours, le match étaient vraiment trop cool. La première moitié de la deuxième était dingue, la deuxième moitié un peu la descente aux enfers , et la dernière, j’étais cramé donc je n’ai pas fait grand chose. »



24e /Nils Palmieri (TeamWork) :

« Je suis content d’être arrivé, cette étape ne s’est pas bien passé pour moi. Je savais que j’avais du retard au général et j’ai pris des risques. J’ai essayé de profiter du courant favorable le plus longtemps possible avant d’aller chercher la transition avec le thermique, sans succès. Globalement je suis assez content des deux premières étapes, j’ai fait des belles choses, j’ai navigué à ma façon. J’aurais préféré un autre résultat pour ce qui sera probablement ma dernière Solitaire du Figaro ; mais on verra.»



25e/ Romen Richard (Passion Santé) : « Je suis déçu. J’ai raté un truc et derrière, j’ai subi toute la course. J’ai l’impression de retomber dans mes vieux travers de l’année dernière, mais ce n’est pas aussi pire. J’ai raté un truc à la Chaussée de Sein et derrière, impossible de revenir. Toutes étapes confondues, c’était cool. Je suis toujours dans mon objectif d’être dans les 15. Après, c’est dommage parce qu’il y a du très, très bon et du très mauvais. L’objectif est de gommer le très mauvais, quitte à avoir moins, de très, très bon pour avoir moins de très mauvais. »



26e/Edouard Golbery (Race for Science - Verder) : « C’était vraiment une étape compliquée qui s’est jouée tôt. J’étais assez content de la première partie du tour de la Bretagne ; et c’est au Raz de Sein que ça a merdé avec l’histoire du courant, de la renverse où on a essayé de se protéger du courant. On est allé trop loin, on n’a pas eu d’air au large. C’était un peu dur parce que j’ai passé la course loin, au fond du bus avec Hugo (Dhallenne) et Nils (Palmieri). C’est assez frustrant mais je suis content d’être allé au bout de la course et d’avoir fini ma première Solitaire. Je suis super heureux. On reviendra l’année prochaine avec un peu plus d’entraînement. »


27e/ Anthony Quentin (Hace Alur) : ...


28e/ David Paul (Sailingpoint.co/Just a Drop): 🇬🇧“I feel a little bit sad it is over. It may be my third race but this is the first one I have really enjoyed. I feel like these seconds two legs were some of the best sailing I have done. I am ruing the mistake I made at Ushant on Sunday night into Monday morning it was a rather painful lesson learned as to where the most tide is. It took me a while to get my head into the leg, I struggled with boat speed but once I was into it I was pleased I could overtake people and stay with a group like Nils, Hugo, Sanni, Romain. It was good. I am so very tired. I gave it everything and really left nothing out there.”


🇫🇷 "Je suis un peu triste que ce soit fini. C'est peut-être ma troisième course, mais c'est la première que j'ai vraiment appréciée. J'ai l'impression que ces deux dernières étapes ont été parmi les meilleures que j'ai faites. Je regrette l'erreur de Ouessant dans la nuit de dimanche à lundi matin, c'était une leçon assez douloureuse pour savoir où se trouve le plus gros courant de marée. Il m'a fallu du temps pour me mettre dans le bain, j'ai eu du mal avec la vitesse du bateau, mais une fois à l’aise, j'étais content de pouvoir doubler des gens et de rester avec un groupe comme Nils, Hugo, Sanni, Romain. C'était bien. Je suis très fatigué. J'ai tout donné et je n'ai rien lâché."



29e /Susann Beucke (This Race is Female): 🇬🇧 This leg was very interesting from a strategic and technical point of view. It was a short and relatively quick leg which is good considering how little time we had to recover after the previous leg into Roscoff. I am a bit disappointed with my whole race but it is very early now to draw resolutions. I put a lot of effort into the performance side of things but did not manage to spend a lot of time in France training. I have to train. For sure I am not really happy with my race, I expected more. But I enjoyed it. It is so amazing, like now you hate everything about it but after a night of sleep when it is all over you realise how much fun it was. Last time it was very windy and I was terrified much of the time. This time I had time to think and enjoy things.” 🇫🇷 " Cette étape était très intéressante d'un point de vue stratégique et technique. C'était une étape courte et relativement rapide, ce qui est une bonne chose compte tenu du peu de temps dont nous disposions pour récupérer après l'étape précédente à Roscoff. Je suis un peu déçue de ma course, mais il est encore trop tôt pour tirer des conclusions. J'ai fait beaucoup d'efforts sur le plan de la performance, mais je n'ai pas réussi à passer beaucoup de temps en France pour m'entraîner. C’est pourtant la clef. Il est certain que je ne suis pas vraiment satisfaite de ma course, je m'attendais à mieux. Mais j'ai apprécié. C'est vraiment incroyable, on déteste tout ce qui se passe, mais après une nuit de sommeil, quand tout est fini, on se rend compte à quel point on s'est amusé. La dernière fois, il y avait beaucoup de vent et j'étais terrifiée la plupart du temps. Cette fois-ci, j'ai eu le temps de réfléchir et d'apprécier les choses."


30e/ Piers Copham (Voiles des anges) : 31e/ Ben Beasley (Ocean Attitude) :












































Commentaires