top of page

HUGO DHALLENNE : 8EME INSCRIT À LA SOLITAIRE DU FIGARO PAPREC

Dernière mise à jour : 4 août 2023

Fils d’un ancien équipier d’Eric Tabarly, il a été initié à la navigation lors de croisières familiales. Il a acquis de l’expérience sur différents types de bateaux : Formule18, le Diam24, le Class40, le Multi50... et désormais le Figaro Bénéteau 3 !

1/ Hugo, j’ai une première question. Si demain soir je te croise en soirée et que je te demande : ” Hugo, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? “. Qu’est ce que tu me réponds ?

Il y a quelques mois je t’aurais répondu: “Je tire du câble”. C’est mon métier depuis 10 ans, équiper les bateaux de course au large en système électronique. En 2019, je reçois mon mini 6.50, et ça commence fort ! Deux podiums pour ma première saison, et ça se termine très fort en 2021 par une victoire sur la Mini Transat. 2022, c’est une année charnière, il a fallu se séparer du mini 6.50 et retourner tirer du câble. Heureusement, Thibaut Vauchel m’avait convié sur le pro sailing tour à bord de son multi 50. Depuis janvier 2023, je fais du Figaro en solitaire à Lorient ou je navigue avec Lorient Grand Large entraîné par Bertrand Pacé. En parallèle, je me suis engagé avec Chloé Le Bars, la skipper du Figaro Région Bretagne - CMB Océane pour participer à la Transat Paprec en double mixte !


2/ Tu es Bizuth cette année, quelle image as-tu de la Solitaire ?

Pour moi La Solitaire, c’est la course qui a révélé les meilleurs marins. La majorité des skippers sur les podiums aujourd’hui en Course au Large, étaient en figaro hier. Sportivement, c’est une super course confronté à armes égales. Même si le bateau est très exigeant et pas très confortable, on a tous le même bateau au final. S’il fallait jauger le niveau d’excitation et d’appréhension, pour moi c’est une première saison sans pression, juste envie d’apprendre et de bien faire. Pour l’instant c’est l’excitation à 100%, et pas encore d’appréhension !


3. Dis-nous en plus sur tes sponsors ? ton projet ?

Côté sponsor c’est relativement calme pour l’instant. Le bateau est toujours bien blanc et il attend un partenaire titre pour se faire une belle déco. Un mécène qui m’avait déjà aidé pour la mini transat rempile cette année, de quoi sécuriser ma participation à La Solitaire du Figaro Paprec. J’ai toujours le soutien du yacht club de Saint lunaire et de ses membres qui m’aident dans ma recherche de partenaires. Le projet c’est de faire au moins 3 saisons en Figaro, pour avoir le temps de découvrir le circuit, progresser, et j’espère, être performant !


4. Ton meilleur et pire moment en navigation ?

Mon meilleur moment en navigation, c’est l’arrivée de la Mini Transat à Saint-François, j’avais donné tout ce que j’avais pour arriver et ça a payé. Le pire, c’est pas facile de répondre… Des moments compliqués, il y en a plein, mais ils sont vite oubliés en arrivant à terre.


5. La Solitaire en 3 mots ?

Exigeante, parce que c’est une course intense ou il faudra savoir gérer la machine et surtout le skipper et son sommeil. Solitaire, parce que c’est mon mode de fonctionnement préféré. Et pour finir, Légende, car c’est l’épreuve reine du circuit, “Là où naissent les légendes”.


6. Raconte-nous ta journée type de marin, hors période de course.

Il n’y a pas de journée type hors course. Le planning est chargé et les tâches sont variées. On a plusieurs stages d’entraînement en mer, des journées axées sur la technique avec l’entretien et la préparation du bateau, la recherche de partenaires, la préparation physique, les sorties en mer avec les mécènes, la logistique et un petit peu de gestion, il faut savoir tout faire.


7. Quelle chanson inavouable écoutes-tu quand tu es seul au large et qui peut aider contre la fatigue ou l’angoisse ?

Je n’écoute pas de musique en mer, je préfère écouter le bateau. Mais s’il fallait choisir une chanson inavouable ça serait “Umbrella” de Rihanna !


8. Ton objectif cette année, tes ambitions futures ?

L’objectif cette année, c’est le classement Bizuth, mais aussi de découvrir le circuit, progresser, et construire un projet qui dure pour avoir le temps de devenir performant !


9. Un ancien figariste qui te sert d’exemple aujourd’hui ?

J’ai la Solitaire de 2014 en tête. Yann Eliès démâte sur la première étape et gagne sur la deuxième. Le come-back m’avait vraiment impressionné !