top of page

Gaston Morvan vainqueur du Trophée Suzuki de la Combativité

Arrivé 7e sur la deuxième étape de La Solitaire du Figaro Paprec, Gaston Morvan (Région Bretagne – CMB Performance) remporte le Trophée Suzuki de la Combativité après délibérations du jury composé d’Alain Le Meur, Directeur adjoint du département automobile, relations presse – relations publiques de Suzuki ; Yann Chateau, Directeur de Course de La Solitaire du Figaro Paprec ; Malo Le Peru, Chef de Projet de La Solitaire du Figaro Paprec, Claudia Kergosien, Responsable Servicing OC Sport Pen Duick et Serge Messager, journaliste au Figaro.


@ Alexis Courcoux

« Le choix a été particulièrement difficile au vu des conditions météo qu’il y a eu à l’arrivée de la deuxième étape. On a eu bien sûr une énorme pensée pour près de la moitié des navigateurs qui étaient encore en mer. Et qui, eux aussi, ont été combatifs. Néanmoins, il a fallu trancher. On a hésité entre plusieurs marins, notamment parmi ceux qui se sont échappés 20 milles devant les autres. Mais finalement, après des débats animés, on a décidé d’attribuer le Trophée Suzuki de la Combativité à Gaston Morvan », indique Alain Le Meur. Si ce dernier n’est pas parti avec le premier paquet, il a fait preuve de combativité en réussissant à remonter de la 13e à la 1ère place, qu’il a occupée pendant la majeure partie de la redescente jusqu’à Land’s End. « Gaston a non seulement fait preuve de leadership, mais il aussi embarqué tout le monde dans son choix sans se faire doubler par ceux qui l’ont suivi. En arrivant à Land’s End, il a tenté un coup en passant au ras de la terre. Ça n’a pas marché mais il a pris de bonnes initiatives qui lui ont permis de revenir en tête alors qu’il était au milieu ou aux deux tiers du peloton ».


« Je pense que tous ceux qui ont coupé la ligne d’arrivée auraient pu gagner ce Trophée. Arriver jusqu’à la dernière bouée, c'était faire preuve de combativité. Je pense qu’ils me l’ont donné parce que j’ai été capable de faire de beaux coups assez bien marqués et plutôt payants. Et que je n’ai pas été vraiment récompensé à l’arrivée. C’est peut-être pour me soutenir dans ma démarche. C’est bien pour noyer son chagrin. Et puis il y a jury composé de plusieurs personnes différentes. Ce n’est pas le choix d’une seule personne. En plus, Suzuki est l’un de mes partenaires à titre personnel. Je suis content qu’ils suivent La Solitaire du Figaro Paprec, qu’ils soient fidèles au circuit et qu’ils soient à fond aussi bien pour fournir des véhicules à l’organisation que pour nous suivre en mer. C’est important aussi », commente de son côté Gaston Morvan.