top of page

CORENTIN HOREAU : 14EME INSCRIT À LA SOLITAIRE DU FIGARO PAPREC

Dernière mise à jour : 7 août 2023

Avec plus de 10 ans d’expérience sur le circuit Figaro, le Trinitain Corentin Horeau a un objectif très clair : aborder ce grand rendez-vous de la saison avec plus de fraîcheur que l’année dernière ! Vainqueur de la @solomaitrecoq en mars dernier, il s’est mis dans de très bonnes conditions pour sa 7e Solitaire du Figaro Paprec.

1. Corentin, j’ai une première question. Si demain soir je te croise en soirée et que je te demande : ” Corentin, qu’est-ce que tu fais dans la vie ? “. Qu’est-ce que tu me réponds ?

J’ai 34 ans, je vis à La Trinité-sur-Mer et je suis skipper professionnel depuis 10 ans. J’ai commencé la voile à l’âge de 7-8 ans à la Trinité !! J’ai commencé à faire de l’Optimist et du laser. Entre 2012 et 2015, j’ai fait de l’habitable et j’ai couru sur le circuit Figaro. Ensuite entre 2016 et 2021, j’ai navigué sur beaucoup de bateaux différents, mais surtout du multicoque (Diam24, D35, Ultim), et depuis 2021 je suis de retour en figaro, mais je continue toujours à naviguer sur les Utims.


2. Il s’agit de ta septième participation cette année, quelle image as-tu de la Solitaire ?

Pour moi La Solitaire du Figaro Paprec c’est le Graal. Il s’agit de l’une des courses les plus compliquée. J’en rêve depuis que je suis gamin et je rêve de la gagner. Mais aujourd’hui je suis moins stressé à l’idée d’y participer.


3. Dis-nous en plus sur tes sponsors ? ton projet ?

Banque Populaire est le partenaire qui m’accompagne dans mon projet. Pour moi Banque Populaire, c’est vraiment la banque de la voile, mais c’est aussi le trimaran Orma que je voyais sur le port de La Trinité quand j’étais mino. J’ai l’habitude de dire que Banque Populaire, c’est le Real Madrid de la course au large !

Hormis La Solitaire, remporter le trophée Jules Verne sur le plus grand trimaran du monde fait aussi partie de mon projet !


4. Ton meilleur et pire moment en navigation ?

Mon meilleur souvenir est ma 2ème place sur La Solitaire du Figaro en 2014 derrière Jérémie Beyou. C’était vraiment un moment inoubliable pour moi !

Pour mon pire souvenir en navigation, je dirai ma première transat en Figaro en solitaire en 2013. C’était un vrai saut dans l’inconnu, avec des conditions très compliquées au début, et du vent très fort !!


5. La Solitaire en 3 mots ?

Je dirais : Jeu, Engagement, et Graal.


6. Raconte-nous ta journée type de marin, hors période de course.

Hors période de course, je fais beaucoup de sport. Notamment de la Wing, du surf, ou encore du vélo. Ma journée type de marin est aussi bien occupée par la préparation du bateau avec toute l’équipe.



7. Quelle chanson inavouable écoutes-tu quand tu es seul au large et qui peut aider contre la fatigue ou l’angoisse ?

J’écoute beaucoup « La boulette » de Diams. Comme son nom l’indique, c’est de la boulette !


8. Ton objectif cette année, tes ambitions futures ?

L’objectif est de prendre beaucoup de plaisir sur cette solitaire et de naviguer comme je sais faire !

Et pour le futur, j’aimerais faire le tour du monde en course que ce soit en équipage ou en solitaire, dans cette carrière de marin j’aimerais vraiment cocher la case tour du monde !!


9. Un ancien figariste qui te sert d’exemple aujourd’hui ?

Forcément, en intégrant le team Banque Populaire je regarde Armel Le Cléac’h, il a déjà gagné 3 Solitaire du Figaro. J’essaye de m’imprégner de sa culture de la gagne, c’est un tueur, il est très rigoureux.


10. Un dernier mot ?

Jeu, car il ne faut pas oublier que notre sport, c’est seulement un jeu !! 🃏

留言