top of page

Beau départ « à l’anglaise » le long des côtes irlandaises

Drôle d’ambiance fantomatique ce dimanche matin à la marina de Kinsale. Aux premières heures du jour, un brouillard épais enveloppe la flotte de la Solitaire du Figaro Papec, qui patiente sagement au ponton. Le vent répond aux abonnés absents. Les pavillons colorés sont en berne. Mais sur ce quai des brumes, les visages enjoués et les regards déterminés trahissent l’impatience de partir en découdre sur cette deuxième étape à destination de la Baie de Morlaix.


En attente de la brise thermique


Vers 11h00, alors que les 32 Figaro BENETEAU rejoignent la zone de départ au large des collines embrumées de la verte Irlande, la grisaille se dissipe peu à peu. Entre les bancs de nuages qui s’effilochent et de franches éclaircies, la beauté du décor des côtes de l’Eire en panne d’air se révèle.


L’apparition du soleil laisse aussi espérer l’installation prochaine de la brise thermique permettant de donner le coup d’envoi légèrement retardé du deuxième parcours au programme de cette 54e édition. À partir de 12h30, quelques risées animent le plan d’eau, jusque là calme comme un lac. Il va falloir patienter, mais les affaires sérieuses vont pouvoir commencer.


Départ dans un zeste de sud-ouest


À 13h40, heure française, c’est parti à toute petite vitesse dans un zeste de sud-ouest d’à peine 5 nœuds. Le jeu est délicat, mais Arthur Hubert (Mon Atout Energie), dans un timing parfait, prend un départ en fanfare ; et « à l’anglaise » au portant. Le skipper malouin s’offre les honneurs du Trophée Windchaser by Bollé. Sur la ligne, il est accompagné d’un petit groupe où figure du beau monde : Alexis Loison (Groupe Reel), Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022), Élodie Bonafous (Queguiner - La Vie en Rose), entre autres


Dans ces conditions très instables et pour re