top of page

“ARCHIVES 22” : LA 53E SOLITAIRE À L’ÉPREUVE DU TEMPS EN WEB-SÉRIE

Dernière mise à jour : 27 juil. 2023

À vos écrans. Le deuxième des trois épisodes à l’affiche de la web-série « Archives 2022 » proposé par l'organisation de la course, OC Sport Pen Duick, qui projette la postérité de la 53e Solitaire du Figaro trente ans plus tard, est sorti. Il est accessible sur le site et les réseaux sociaux de la course. Rencontre avec son réalisateur, Tanguy Conq qui livre un regard décalé et pertinent - entre fiction et réalité -, sur ce le lien défiant le temps qui unit pour toujours les skippers à la course, dont ils en sont les premiers acteurs.

@ Clément Gerbaud / QAPTUR


Quel est le parti pris de cette web-série ?

« En trois épisodes, Elle interroge les souvenirs de protagonistes de cette édition 2022. En se projetant 30 ans plus tard, elle induit une postérité factice fabriquée au présent. Il s’agissait de dépasser la tendance naturelle qu’on a à être assez timide avec la légitimité qu’on accorde aux événements. Je suis parti du principe qu’il n’y avait pas besoin d’attendre l’épreuve du temps pour considérer que cette Solitaire du Figaro 2022 allait être une édition de dingue. Et on va parler de cette postérité évidente tout de suite ! Toutes les personnes que j’ai interrogées ont vraiment bien joué le jeu. Elles parviennent à s’imaginer en 2052 et à prendre du recul sur des événements très récents. »


Comment se compose-t-elle ?

« Elle est construite en trois épisodes, dont les durées varient un peu entre 7 et 11 minutes. Le premier se situe avant le départ. Le deuxième, qui s’inscrit sur les deux premières étapes entre un peu plus dans le vif du sujet. En 10 mn 30, il raconte cette fameuse difficulté de la course, avec l’idée d’en transmettre la mesure. L’épisode parle de toutes les formes que peut prendre cette difficulté : l’humidité, la météo, la fatigue, mais aussi la difficulté qu’il y a, notamment pour les coureurs étrangers, d’être présent sur la ligne départ et de se faire une place dans l’hégémonie française dans la course au large en solitaire. Il est est plus immersif. Je l’ai construit autour de leurs images « onboard » et de celles que j’ai tournées en mer à bord du bateau accompagnateur de la Direction de Course. J’ai été très marqué par les échanges à la VHF qui ont lieu au cœur de l’action. J’ai tourné les discussions avec la direction de course. En revanche, pour une question d’éthique, je n’ai pas enregistré les échanges des skippers entre eux. Ce sont des trésors perdus. Le troisième épisode s’intéressera à la notion d’accomplissement et à ce que représente cette course si difficile dans la vie des marins qui pour beaucoup s’y confrontent plusieurs fois. Et ce, alors que certains se sont eux-mêmes filmés en disant de ne pas oublier de ne pas y revenir ! Et pourtant, ils y retournent ! Cela fait partie du mystère qui entoure la course, cette part d’incompréhensible, que cette web-série aborde en creux. »


Les marins n’ont-il pas eu de mal à se projeter 30 ans plus tard ?

« J’ai été très impressionné par leur capacité à prendre du recul sur laquelle repose un peu tout le concept de la web-série. Mais cette capacité, ils l’ont parce que c’est une nécessité pour eux d’être en mesure de repartir en dépit d’une contre-performance. Tous ces skippers ont une force de digestion accélérée par rapport au commun des mortels. J’espère que cette web-série permet de montrer cette vertu là, cette capacité de régénération immédiate. »


À quel rythme as-tu travaillé pour réaliser ces trois épisodes ?

« Après une semaine de tournage, j’ai monté les deux premiers épisodes en trois/quatre jours. Mais à chaque fois, j’ai dormi trois heures par nuit. Au sec, et dans un environnement qui ne bouge pas, j’ai eu l’impression de vivre une étape de la Solitaire ! Le travail de vieillissement m’a vraiment demandé beaucoup de travail. J’utilise une application pour vieillir une image et un logiciel d’animation pour appliquer la modification à chaque image. C’est beaucoup d’huile de coude ! »


Et pour toi, que représentera la Solitaire 2022 dans 30 ans ?

« Je m’en souviendrai, c’est sûr ! J’aurai toujours en tête d’avoir été le témoin d’une course exceptionnelle et d’avoir rencontré une belle bande de super héros ! »



La web-série "Archives 22", réalisée par Tanguy Conq est produite par Nefsea/OC Sport Pen Duick