FRENG

Actualités

Projection sur l’étape 4 par Alan Roberts

Publie le 12/09/2021

Le skipper britannique Alan Roberts, actuellement en tête du classement des skippers internationaux (trophée Vivi) livre son analyse de l'étape à venir.

« L’image générale de la météo est assez complexe parce qu’il y a plusieurs systèmes qui la déterminent. Il y a des dépressions, des dorsales et des fronts froids. Ces trois systèmes sont très proches les uns des autres car ils sont bloqués par un anticyclone sur l’Europe et la dépression qui arrive passe assez rapidement. Il y a donc beaucoup de vents changeants, les timings sont difficiles à évaluer. Ça peut donc être un peu n’importe quoi ! Plus l’étape se prolonge, plus il y a de chances que ça le soit.

Mais dans l’ensemble, cette étape consistera à faire face à la situation qui se présentera… Pour commencer, nous devrons traverser la Manche, ce qui veut dire que nous devrons passer au nord du DST (dispositif de séparation de trafic) de Land’s End, à l’ouest par les Scilly ou plus au sud.

La flotte risque d’être plus dispersée sur cette étape, on risque de ne pas voir beaucoup de concurrents à l’AIS. Il faut donc choisir une stratégie et s’y tenir. Il est possible que la flotte se scinde en petits groupes. Il est aussi possible que certains prennent de vraies options. Je naviguerai en fonction de la météo et pas en fonction de la flotte. Je serai forcément influencé par le fait que l’on est sur la dernière étape et que c’est le moment de tout donner ! Une fois le rocher du Fastnet franchi, il pourrait y avoir une brise thermique au large de l’Irlande, mais elle restera assez légère.

Il y aura une dorsale ensuite. Soit on réussit à s’en échapper, soit elle nous bloquera. Si une partie de la flotte arrive à rester en avant de la dorsale, elle pourrait arriver jeudi soir ou vendredi matin, mais si ce n’est pas le cas, on risque d’être hors temps ! »

Ndlr : fermeture de ligne = le temps de course du premier +20%

Tags

No tags were found

Share