FRENG

Actualités

PAROLES // Appels du large : Macaire, Marchand, Quiroga

Publie le 07/09/2020

Alexis Courcoux/La Solitaire du Figaro
Alexis Courcoux/La Solitaire du Figaro

Xavier Macaire (Groupe SNEF) : « Ça glisse doucement mais sûrement, il n’y a pas beaucoup de vent, la flotte est un peu éparpillée, ça joue un peu les bascules de vent. J’ai réussi à me recaler pas très loin du paquet de tête, je suis assez content. On a enroulé le phare d’Eddystone de nuit, c’est assez impressionnant de le passer dans la nuit noire, ça a regroupé un peu la flotte car on s’est retrouvés face au courant une fois qu’on l’a passé. Il y a pas mal d’algues, on passe pas mal de temps à les chasser des safrans et de la quille. L’objectif est de toucher le vent d’ouest-sud-ouest et de bien se positionner pour le prendre, il faudra être dans le paquet de tête quand les bateaux vont commencer à accélérer. »

Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) : « Je suis un peu dans le dur, fatigué, je n’ai pas beaucoup dormi, je pensais que ce serait facile après Start Point, mais ça semble compliqué pendant un moment. J’ai hâte que le vent rentre pour pouvoir dormir, ça ira mieux. J’ai quatre-cinq concurrents devant, j’arrive dans une zone de molle, c’est ambiance très très mou. »

Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) : « On est le long des côtes sud anglaises, il faut faire attention aux zones de dévent au niveau des pointes, on fait pas mal d’empannages, ce n’est simple car il y a pas mal d’algues, pas mal de bateaux ont dû faire marche arrière comme moi. Mon objectif ? Rattraper Yann Eliès. »

Share