FRENG

Actualités

Marins de légende : rencontre avec Armel Le Cléac’h

Publie le 18/09/2021

En gagnant ici à Saint-Nazaire l'an passé, Armel Le Cléac'h est entré dans le cercle très fermé des triples vainqueurs de La Solitaire. Le skipper qui vient tout juste de mettre à l'eau son nouvel Ultim Banque populaire est revenu avec nous sur cette 52e édition.

Accro à la carto ?

Pas tout à fait ! J’ai évidemment suivi de près cette édition mais on ne peut pas dire que j’étais en permanence sur la carto… Il faut dire que j’ai été assez occupé avec la mise à l’eau du bateau et les premières navigations techniques. Mais bien évidemment, on ne peut pas s’empêcher de suivre le déroulement des 4 étapes et la domination de certains coureurs dont Pierre (Quiroga) qui a gagné avec brio cette édition.

Le parcours t’a plu ?
Francis le Goff (Directeur de course) propose des supers parcours : quatre longues et grandes étapes, peu de marques de parcours. C’est très apprécié des coureurs et de ceux qui suivent la carto parce que ça ouvre vraiment le jeu. Sur ces longues étapes il y a eu du suspense, il y a eu des options, il y a eu du match. Très vite, on a vu quelques coureurs sortir du lot, notamment les trois premiers (Pierre Quiroga, Xavier Macaire et Tom Laperche) qui dès le début ont montré leur potentiel en termes de vitesse, de stratégie et de confiance sur l’eau. On a su assez vite que la victoire finale allait se jouer entre ces trois marins. Malgré les écarts importants, la course est restée ouverte jusqu’au bout ; on l’a vu sur la dernière étape.

Un mot sur Pierre ?

Pierre a un vrai potentiel de vitesse, on l’a vu à plusieurs reprises. Sur cette course, il a aussi déployé et montré tout son savoir-faire. Il fait la différence en s’imposant, en faisant vraiment sa course. Il a navigué en sortant du marquage. Je pense que c’est un élément clé de sa victoire. J’ai trouvé ça bien ! J’avais aussi un peu cette philosophie quand j’ai fait mes différentes Solitaire. En tout cas, Pierre l’a fait avec brio.

J’ai notamment bien aimé la deuxième étape, étape qui n’était pas facile avec la remontée au près le long des côtes bretonnes. Je connais bien ce coin-là, c’était dur pour les marins. Pierre a su creuser l’écart sur cette étape qui n’est pas forcément la plus longue ; mais ce sont souvent des étapes qui sont dures dans la tête, Pierre a été très fort, ça a marqué les esprits, c’est peut-être ce qui a fait basculer la course en sa faveur.

Un petit mot pour Pierre ?
Un grand bravo, il a été fort. Gagner la Solitaire est toujours fabuleux parce qu’on est finalement pas tant que ça, à avoir eu cette chance. La gagner avec la manière c’est génial parce que ça va lui rester toute sa vie, ça va lui permettre d’avoir une vraie confiance en soi pour ses projets futurs.

Tags

No tags were found

Share