FRENG

Actualités

Etape 4 // Les mots de la nuit

Publie le 15/09/2021

A moins de 280 milles de l’arrivée, les 34 solitaires naviguent par un vent de nord très oscillant qui a varié de 7 à 15 nœuds tout au long de la nuit et basculé parfois de 30°. Des conditions techniques et exigeantes nécessitant d’être aux réglages et à l’observation des données réelles de vent et de vitesse. Avant le lever du jour, dans la nuit noire, sous un crachin façon brumisateur, poussés par une grosse houle, alors que les sardines et les dauphins matinaux sont à leurs affaires, Alexis Thomas (La Charente Maritime), Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) et l’Espagnol Pep Costa (Cybelle Vacances-Team Play to be) racontent….

Pep Costa (CybelleVacances – Team Play To B) : « Cette course est intense avec beaucoup de bascules de vent. J’ai bien joué après le Fastnet, je suis content de mon placement. Le bateau va vite mais je dois être en observation constante, aux petits réglages, pour affiner.C’est un bon groupe autour de moi, je suis très content, j’ai bien travaillé, beaucoup travaillé depuis le départ. Je ne veux pas lâcher même si je suis fatigué. Je ne suis pas sûr de ce qui nous attend vers la pointe de la Bretagne. Je ne vois pas encore très clair, peut-être qu’on aura du vent de nord-ouest. J’attends avec impatience la météo de 9h pour y voir plus clair. »

Alexis Thomas (La Charente Maritime) : « Ma chambre est bien rangée, le bateau est propre, tout va bien ! Je fais une bonne option par dessous. Cette nuit et en ce moment, on doit gérer les oscillations du vent. Le bateau avance moyennement vite, je ne suis pas très satisfait. J’ai des phases où je dois barrer. J’ai du mal à me reposer pour faire avancer le bateau, je me fais rattraper par les copains, c’est compliqué de s’y retrouver. Je dois être dessus pour le faire avancer. On a un vent de nord qui oscille pas mal, parfois de 30° et une grosse houle qui nous pousse. Une houle un peu démesurée par rapport à la force du vent. Ce n’est pas évident d’avoir un réglage moyen. On a entre 7 et 15 nœuds de vent. Au milieu de la nuit, c’était désagréable, il y avait beaucoup d’humidité. Nous n’avons pas eu encore de grosse pétole depuis le Fastnet, au plus faible on a eu 5 nœuds pendant 30 mn, juste ce qu’il fallait pour gonfler le spi. »

Erwan Le Draoulec (Skipper Macif 2020) : « Je suis un peu fatigué. Même si on arrive à beaucoup se reposer, je ressens la fatigue, je suis obligé de faire de nombreuses siestes. Les nuits sont un peu dures, on s’accroche. Je suis content d’être dans le bon petit groupe même si dans les transitions, j’ai du mal à suivre la cadence des trois premiers. Le vent oscille en force et en direction. Ce sont des conditions assez techniques finalement, ça nous occupe pas mal. Ça arrive de se faire réveiller par le spi qui claque. Mais on a eu une journée géniale hier ! Ce genre de journée peut durer une éternité : le bateau glisse au portant à plat, on a du temps pour soi et pour profiter de ces instants magiques. La nuit est très sombre en revanche. On espère que cela reste du vent de nord, et qu’il reste stable. J’espère que ça va tenir en force pour continuer de bien avancer. Je suis dans l’axe de Pierre Quiroga et j’ai passé la journée d’hier bord à bord avec Bretagne - CMB Performance. Il y atrois quatre ténors du circuit sous le vent comme Région Normandie, Groupe Gilbert et Breizh Cola.Et aussi deux petits jeunes comme moi qui naviguent bien comme Pep Costa et Alexis Thomas. On sait que Xavier Macaire et Tom Dolan légèrement décalés vont vite aussi. Il y a du beau linge autour du moi, c’est sympa ! »

Tags

No tags were found

Share