FRENG

Actualités

PAROLES // Etape 2 : Les mots du ponton

Publie le 06/09/2020

Les derniers mots des marins avant de quitter le ponton du port d’Armor de Saint-Quay-Portrieux pour se rendre sur la ligne de départ de la deuxième étape de La Solitaire du Figaro.

Jackson Bouttell (Fromagerie Gillot) : « Ma première étape a été assez frustrante, mais j’ai appris beaucoup de choses, j’ai lancé le projet il y a trois semaines, j’avais navigué moins de dix fois sur le bateau avant La Solitaire, c’était donc un peu compliqué de trouver les bons repères et une bonne vitesse. Le début de cette étape va ressembler un peu à la première, avec une première nuit compliquée, des transitions, un peu de « pétole », ensuite, ça s’annonce assez stable jusqu’à Dunkerque. »

Xavier Macaire (Groupe SNEF) : « La première phase jusqu’en Angleterre, il y a pas mal de transitions jusqu’à ce qu’on passe Starpoint et qu’on prenne le vent portant, là, ce sera surtout de la conduite et un peu de positionnement, il va falloir bien gérer toutes les transitions, déjà la sortie de la Baie, il peut se passer plein de choses, il y a une petite transition cet après-midi et ce soir qui peut donner des choses pas forcément hyper prévisibles, il va falloir avoir du feeling et bien suivre les événements. Je pense que les 24 premières heures sont quand même assez décisives, un peu plus piégeuses. »

Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) : « Le parcours est assez technique avec pas mal de marques de parcours et de zones interdites, on a vite fait une erreur bête de trajectoire ou de mauvaise visibilité des cartes, il faudra garder un œil attentif, on n’aura pas beaucoup de repos à partir d’Antifer, il y aura toujours un truc à faire dans pas longtemps. »

Kevin Bloch (Team Vendée Formation) : « Cette étape s’annonce plutôt un mode sprint, on repart tous à égalité, on est à fond. Moi qui ne joue pas quelque chose au général, chaque étape est une belle partie de plaisir. Je n’ai jamais navigué à Dunkerque, je n’ai quasiment jamais navigué en Manche, c’est plaisant, ce sera une découverte. »

Phil Sharp (OceansLab) : « Les prévisions du début de course ne sont pas évidentes, on peut avoir un peu de décalage avec des stratégies différentes jusqu’à Eddystone, il ne faut pas prendre trop de risques, ça va être une longue nuit sans sommeil. Après, ça va être génial d’avoir un long bord de portant, j’espère qu’il y aura un peu plus de vent que prévu pour avoir des conditions de surf. Mon objectif est de finir dans les dix premiers et de faire beaucoup mieux que sur la première étape. »

Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) : « Je me sens d’attaque, je ne suis pas arrivé trop crevé après la première étape et on a eu trois nuits pour récupérer. Pour monter à Eddystone, il y a un peu plus de boulot en terme de stratégie et de placement pour bien gérer les petites bulles, mais ce n’est pas parce qu’on arrivera à Eddystone dans le bon paquet qu’on le sera à Dunkerque, il va falloir rester concentré jusqu’au bout. »

Robin Follin (Ville de Sainte-Maxime) : « Je suis d’attaque, j’ai hâte d’y être, de rentrer dans la course ce coup-ci, parce que la dernière fois, j’ai été assez timoré au départ, j’étais plus parti sur la longueur en me disant qu’il ne fallait pas forcer, ce coup-ci, j’ai envie d’être plus dans le match. Ça va être une course de placement au début, histoire de mieux gérer les bascules de vent et de courant pour monter jusqu’à Eddystone, après, toute la suite, ce sera sous spi à glisser, ça va être vraiment sympa, on va prendre du plaisir. »

Elodie Bonafous (Bretagne CMB Océane) : « Il va y avoir des petits points-clés avec quelques incertitudes, mais c’est assez stable, ça va être assez rapide, il va falloir être à fond. Par contre, ça va être des bords sympas sous spi au portant VMG dans 15-20 nœuds de vent. Il va falloir être dessus et carburer pour ne pas rater les petits coups à jouer. »

Gildas Mahé (Breizh Cola) : « C’est une étape assez courte mais qui va être tonique, il va falloir se donner à fond avec une fin pas facile, tout le passage dans le Pas-de-Calais n’est pas simple, il y a du trafic, pas mal d’empannages à faire, donc quelques pièges à éviter. »

Share