FRENG

Actualités

Cinquante nuances de gris

Publie le 18/06/2019

A l’approche de l’île d’Ouessant, alors qu’il restera encore une soixantaine de milles une fois le phare du Nividic paré, Alexis Loison est toujours l’ouvreur de cette troisième étape de La Solitaire URGO Le Figaro, suivi par le duo Anthony Marchand et Gildas Mahé au coude à coude. Le trio a fait le trou en s’échappant d’Aurigny, mais depuis les côtes anglaises, les vitesses sont plus rapides par derrière : les écarts diminuent…

Alexis Courcoux
Alexis Courcoux

Grises, les mines des poursuivants du trio leader qui ont le moral dans les chaussettes. Gris, le ciel plombé qui recouvre la Manche depuis le DST des Casquets. Grise, la mer qui ondule lentement sous la houle d’Ouest. Grise, l’ambiance peu contrastée, sous une voûte voilée barrée par des tâches laiteuses, parfois par un lenticulaire anthracite. Grisé, ce soleil qui ne peut percer ce magma cotonneux de sa lumière tamisée. Grises, les voiles d’un fantomatique Sedov , le quatre mâts russe qui vint saluer le trio de loin avant d’embouquer le DST Ouessant.

Et la mer n’offre pas beaucoup plus de relief avec ses petites vaguelettes bordées parfois d’une blanchâtre crête sur une longue respiration océanique. Un fou de Bassan strie l’air de son plané quand un cargo surchargé de containers laisse son panache grisé à l’horizon. Il n’y a rien qui illumine ce sinistre panorama si ce n’est le rouge vif du spinnaker d’Alexis Loison, la tache verte de la coque de Gildas Mahé ou le logo interrogatif de la voile d’Anthony Marchand. Surtout que la brise qui avait soufflé jusqu’à 15-18 nœuds en milieu d’après-midi semble se reposer en abordant les côtes françaises… Une alerte fut d’ailleurs donnée sous les coups de 18h00 quand un calme aussi soudain que bref, stoppa net la progression du leader, puis de ses deux acolytes.

Accords et désaccords

Certes le trio s’accorde à dire que leur échappée leur échappe : ils se sont faits la belle parce qu’ils étaient en tête lorsqu’ils ont abordé Aurigny et qu’ils ont eu la chance d’arriver juste au moment où la renverse de marée allait repousser toutes les tentatives futures pendant six heures… Peut-être aurait-il fallu s’écarter de cette côte fatale à Tanguy Le Turquay (Quéguiner-Kayak) échoué sur un plateau rocheux ? Mais encore fallait-il y croire : partir plus au large en espérant contourner ce piège par une longue et laborieuse boucle extérieure… Depuis, seuls Martin Le Pape (Skipper Macif 2017) et Michel Desjoyeaux (Lumibird) ont réussi à se glisser hors des dangers d’Aurigny dans l’après-midi de lundi, mais pour mieux retomber dans des calmes prolongés au large des Casquets. Quant au gros de la troupe, il lui a fallu encore patienter bien après la renverse de marée pour sortir totalement de cette nasse, certains filant plein Nord, d’autres plein Ouest.

Alors si le trio a joué sa partition en donnant à chacun l’opportunité d’improviser sa route vers Hand Deeps, du côté des rives de la Cornouaille britannique, celui-ci joue désormais ses harmonies au rythme des risées qui labourent une Manche aux airs apaisés : le tempo s’est sensiblement ralenti au fil de l’approche de la pointe bretonne. Et si le métronome océanique ne faiblit pas, les trois leaders entreront dans le Fromveur sous les coups de vingt-deux heures. Or l’horloge a son importance car c’est autour de ce carillon que la marée descendante sera la plus forte ! Pas favorable donc pour les trois leaders qui vont donc repousser le flot jusqu’à apercevoir Ouessant à l’horizon vers 19h00, puis refouler le jusant à partir de la Jument…

Un plat de consistance

Mais ce sera (si le timing est bien respecté) après la renverse quand les courants seront encore maniables. Et il y aura vingt-deux milles avant d’atteindre la Grande Basse de Portsall. Il y a donc encore moult incertitudes quant à ce final vers la baie de Morlaix. Surtout que le leader Alexis Loison (Région Normandie) grappille des milles sur ses deux poursuivants Anthony Marchand (Groupe Royer-Secours Populaire) et Gildas Mahé (Breizh Cola-Equi’Thé) depuis le milieu de la Manche. Il deviendrait ainsi le plus dangereux solitaire pour bouleverser le classement général cumulé sur trois manches.

De même parmi les « bleus », la prestation de Benjamin Schwartz a de quoi inquiété le leader actuel au classement général, Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir). En terminant en baie de Morlaix à la huitième place tel qu’il était classé ce mardi soir, le skipper d’Action contre la faim serait reclassé à la neuvième place pour la deuxième étape et prendrait alors l’ascendant ! Quant au Trophée Vivi récompensant le meilleur étranger, c’est l’Irlandais Tom Dolan (Smurfit-Kappa) qui pourrait faire le hold-up face à la Suissesse Justine Mettraux (TeamWork) positionnée dans les tréfonds du classement provisoire de cette troisième étape ! Une manche qui devrait totalement changer le visage de cette cinquantième édition de La Solitaire URGO Le Figaro…

Share