FRENG

Actualités

Changement de décor

Publie le 23/06/2019

Alors que le soleil commence à poindre de ses rayons obliques quelques touffeurs bienvenues, la flotte s’est scindée en deux groupes : vers le Sud-Est, le gros de la meute emmenée par Alexis Loison, et au long des rives cornouaillaises, quatre rebelles sous la direction d’Adrien Hardy et Pierre Leboucher. En fait, tout le monde attend un changement radical avec l’arrivée d’une brise d’Ouest quand le vent de la soirée est encore à l’Est…

Alexis Courcoux
Alexis Courcoux

Acte 4, scène 3 : une rébellion couve dans les travées du royaume d’Anglie. Quatre mercenaires explorent le décor verdoyant des rives du Devon quand la garde rapprochée du Normand conquérant hésite encore à débarquer sur la Perfide Albion. Tous observent d’un œil pétillant les signes célestes qui enclencheront la ruée.

Alexis Loison, duc de Cherbourg : « Ah, fidèles chevaliers à l’âme pure et au cœur vaillant, que ne nous précipitons vers ses falaises étrangères pour bouter hors ces piètres incroyants ? »
Yann Eliès, prince d’Armor : « Oh Seigneur, il nous faut patienter, car les oracles ne sont point favorables… »
Jérémie Béyou, chevalier de l’Ordre de la Penzé : « J’abonde : point nous suffit de régler ce différent grand breton. Il nous importe de rentrer au port de Dieppe en vainqueurs ! »
Benjamin Schwartz, de la Ligue Teutonique : « Je crains qu’il nous faille se garder des rebelles sous les ordres de la Reine de Bretagne. Nous ne pourrons sans coup férir nous emparer d’Owers… »
Morgan Lagravière, de la Confrérie des Chouans vendéens : « Le ciel nous apporte ses signes : le vent nous sera favorable avant que l’astre ne glisse dans les abysses océanes. »

De fait, le plafond bas et gris qui a baigné les 47 solitaires depuis Wolf Rock a laissé place à une voûte d’un bleu pastel où quelques balles cotonneuses ponctuent l’horizon. Le méridional se pare d’une luminosité nouvelle quand le septentrion dégage ses sombres volutes anthracites. Les signes ne trompent pas : la brise d’Est qui a obligé les skippers à louvoyer entre bascules de vent et renverses de marée semble s’évaporer au fil des heures quand la lente respiration océanique vient balloter les carènes de l’occident à l’orient. Une nasse de calmes devrait engluer la flotte avant que le vent nouveau d’Ouest ne vienne balayer la zone : nous approchons d’une « phase de transition », célèbre ode à un simple changement de décor…

Certes il faudra désormais surveiller les quatre trublions partis coller leurs étraves aux falaises déchiquetées qui bordent Plymouth. Mais qui sait réellement ce qui va se passer au large de la pointe de Star Point en cette deuxième nuit de mer. Pétole totale ? Petite brise d’Ouest ? Thermique à la côte ? Orages et désespoir ? Quand le doute s’abat comme un vautour sur une charogne, les mille et un scénarios sont aussi probables que possibles. Attendons que l’aurore éclaire d’un jour nouveau cette théâtrale scénette… « Il y a quelque chose de pourri au royaume d’Anglie… »

Share