FRENG

Actualités

Au grand large de l’archipel des Glénan

Publie le 16/09/2021

Après une nuit à glisser sous spi dans des conditions propices à avaler les milles, La flotte s’étire sur 12 milles en latéral. Comme dit Gildas Mahé (Breizh Cola) « Nous sommes sur une ligne d’égalité vers le but ! ». Les 90 milles restants jusqu’à la ligne d’arrivée à Saint-Nazaire promettent une régate de tous les instants. Avec le lever du jour, les effets thermiques vont dicter leur loi sur le plan d’eau. Accros à la carto, il vaudrait mieux ne pas aller au bureau !

Gildas Mahé (Breizh Cola) :

« Le principal, c’est que la houle s’est bien calmée. On est toujours sous spi dans le sud des côtes bretonnes et on enquille la redescente vers Saint-Nazaire. La nuit fut bien occupée, on a retrouvé les algues et il y a du boulot ! J’ai fait pas mal de marches arrière pour enlever des algues et du plastique dans la quille. Cette nuit, le vent était un peu instable avec parfois 15° d’oscillation donc beaucoup j’étais beaucoup aux réglages. On a retrouvé nos copains qu’on avait perdu il ya trois jours, Xavier (Macaire), Tom (Dolan) et Pierre (Leboucher). Je ne les vois pas à l’AIS mais je vois leurs feux. Ce matin, on est sur une ligne d’égalité vers le but. Il y a Macif 2019 sous le vent, Fabien (Delahaye) et moi au milieu et Xavier plus proche des côtes. On a eu jusqu’à 13-14 nœuds cette nuit, on a enfin pu faire des milles sur la route car hier c’était un peu lent. Je suis encore à 90 milles de Saint-Nazaire, mais je pense qu’on n’arrivera pas très tôt. On verra s’il ya de la brise. Ça va être encore une grosse journée pleine de rebondissements. »

Xavier Macaire (Groupe SNEF) :

« On a un peu de vent encore, on en profite car ça devrait mollir dans la journée. Je voulais être assez proche de la route directe, je privilégiais les bords de rapprochement, tout en étant bien en phase avec les bascules de vent. Je ne vois pas où sont les concurrents, j’ai l’impressionqu’ils sont restés plus centrés. Sur les classements, je voyais que ça gagnait un moment, que ça perdait parfois et ce matin ça regagne. Mais ce n’est pas joué, même si je suis content d’être 2e au classement ce matin. Je suis plutôt satisfait d’être encore bien dans le match.

Ce n’est pas évident d’avoir une vision claire de ce qui va se passer aujourd’hui. Les fichiers sont des infos globales donc les effets de sites et thermiques doivent se deviner. Beaucoup de choses peuvent se jouer à quelques milles de l’arrivée. J’essaye de me décaler un peu sous la route directe dans l’idée de ne pas trop me rapprocher de la terre et de la molle. Pour l’instant, ça glisse dans du vent de nord avec de la bonne vitesse. J’ai fait une petite sieste et je vais y retourner car le vent est stable et je voudrais garder de l’énergie pour la fin de la course. Ça va être un beau parcours aujourd’hui ! »

Alexis Loison (Région Normandie) :

« C’est dur ce matin ! C’est la dernière nuit j’espère. Il y a eu toujours un peu de vent assez refusant ces dernières heures. Je n’arrive pas trop à faire la route mais le vent devrait tourner vers la gauche. Je suis en train de tenter une grosse cuillère. L’idée est de garder du vent frais le plus longtemps possible. Car quand le jour va se lever, ça va chauffer à terre et ça va mollir et tourner à gauche. L’idée est de garder le meilleur angle pour l’approche de l’arrivée. J’avais dit que j’attaquerais, si l’opportunité se présentait, c’est peut-être en ce moment même. J’ai l’impression que le latéral est en faveur des nordistes, ils sont allés plus vite cette nuit, ça va peut-être se calmer au lever du jour. On est retournés au jardinage depuis hier soir ! Il y a plein d’algues. On a une caméra qui voit l’intégralité de la quille. Soit on fait une marche arrière en se mettant face au vent sous spi, soit on prend la corde à nœuds qu’on vient passer devant l’étrave du bateau et qu’on tire au niveau de la quille. Nous avons également des cannes à algues pour les safrans. »

Tags

No tags were found

Share