FRENG

Actualités

ANALYSE // Armel Le Cléac’h, le bon choix

Publie le 07/09/2020

Passé en tête de la deuxième étape de La Solitaire du Figaro au phare d’Eddystone lundi aux alentours de 4h45, Armel Le Cléac’h a réussi à créer un petit écart d’un à deux milles sur ses poursuivants immédiats, Pierre Leboucher, Tom Laperche, Fabien Delahaye et Yann Eliès. La matinée s’annonce décisive dans le petit temps le long des côtes anglaises.

Après avoir été un des grands animateurs de la première étape avec une option risquée mais assumée dès la première nuit (il a finalement terminé quatrième à 10’20 du vainqueur, Xavier Macaire), Armel Le Cléac’h a récidivé sur ce début de deuxième étape, ce qui lui a permis de franchir en tête ce matin aux alentours de 4h45 la première marque de passage, le phare d’Eddystone.

En milieu de Manche, le skipper de Banque Populaire est allé cher cherché un peu plus de pression à l’est avant de peu à peu se recentrer devant le gros du peloton emmené depuis la sortie de la Baie de Saint-Brieuc par le véloce Pierre Leboucher (Guyot Environnement). Deux virements de bord plus loin, le double vainqueur de La Solitaire du Figaro (2003 et 2010) passait Eddystone le premier, mais avec très peu d’écart sur ses poursuivants : à 7h lundi, Pierre Leboucher (Guyot Environnement) était à 1,2 mille, soit une dizaine de minutes environ, Tom Laperche (Bretagne CMB Espoir) à 1,5, Yann Eliès (Quéguiner Matériaux-Leucémie Espoir) à 1,8, Fabien Delahaye (Laboratoires Gilbert), à 1,9, Sam Goodchild (Leyton) à 2,2, Pierre Quiroga (Skipper Macif 2019) à 2,7.

Quant aux trois premiers de l’étape initiale, Xavier Macaire, Loïs Berrehar (Bretagne CMB Performance) et Alexis Loison (Région Normandie), ils pointaient à 3,8 milles pour le skipper de Groupe SNEF, à 4,3 pour le second, à 3,6 pour le Normand, ce qui signifie qu’à ce moment de l’étape, Armel Le Cléac’h est en position de s’emparer des commandes du général à Dunkerque. Mais la route est encore bien longue d’ici la cité nordiste, avec notamment une matinée de lundi le long des côtes sud de l’Angleterre périlleuse, avec peu de vent et du courant à négocier. Par la suite, le situation s’annonce plus limpide, sous la forme d’un flux d’ouest-sud-ouest qui va peu à peu rentrer et transformer la seconde partie d’étape en une course de vitesse.

Share